Cycle chasse et pêche

Septembre – Octobre 2018

CHASSE ET PÊCHE — Si à l’écran, chasse et pêche sont aujourd’hui synonymes d’une émission télévisée des petites heures, ces pratiques multimillénaires ont aussi été dans la ligne de mire de caméras plus attentives à leurs diversités et à leurs enjeux variés. Jetant ses lignes au loin, naviguant du Québec à l’Australie, le Cercle a ramené dans ses filets une programmation terre et mer, entre chasse aux œufs et pêche aux marsouins, trappeur des Rocheuses et morutiers en Arctique. Mais les règles du jeu ne sont pas claires : la chasse se transformera en hystérie collective, le chasseur sera chassé, le safari interrogera le regard du touriste, et la caméra prendra le point de vue du non-humain. Pour votre pêche du dimanche, en tout cas, le frigo box est déjà rempli.

Pour la suite du monde
9 septembre 2018

La règle du jeu
16 septembre 2018

Predator
23 septembre 2018

Chasse aux courts
30 septembre 2018

Jeremiah Johnson
7 octobre 2018

Leviathan
14 octobre 2018

Häxan
21 octobre 2018

10 canoës, 150 lances et 3 épouses
28 octobre 2018

Fukushima et ses invisibles


Mardi 3 Juillet 2018
Portes : 17h30 / Assemblée : 18h00 / Repas : 20h00 / Projection : 21h

— Catastrophe, Métropolisation, Résistances & raviolis —

Du 2 au 4 juillet, nous recevons à Liège plusieurs des auteurs japonais du livre «Fukushima et ses invisibles» et le collectif éditorial des éditions des Mondes à faire. Nous vous invitons à écouter leurs témoignages contre la gestion de la catastrophe, à discuter ensemble de ce que veut dire vivre dans la catastrophe et aussi à échanger sur nos pratiques et stratégies de résistances singulières.

Le 11 mars 2011, un tsunami ravage la côte nord-est du Japon. Les jours suivants, trois réacteurs explosent dans la centrale de Fukushima Daïchi. À cette catastrophe s’en est ajoutée une autre : la gestion gouvernementale du désastre. Loin d’être un accident désormais sous contrôle, le drame se poursuit par mille conséquences plus ou moins visibles : pollution, déplacements de populations, bouleversements des intimités. »

À travers le récit de six activistes japonais, le livre «Fukushima et ses invisibles» tente de penser autrement le désastre nucléaire. Un phénomène qui remet en cause la texture même de la matière doit, aussi, être abordé comme une catastrophe métaphysique. Nous nous retrouvons au Cercle du Laveu pour une assemblée, un repas et ensuite un film. Une des leçons de la contamination du territoire après Fukushima selon nos amis japonais est que les domaines de la vie et de la lutte ne peuvent plus être déliés. Nous discuterons des possibilités de frayer cette voie-là depuis des contextes très différents les uns des autres.

Programme du 3 juillet au Cercle:
17h30: Accueil du public
18h00: Assemblée : Métropolisation et résistances
20h00: Repas
(réservation avant le 30/06 ici : )
21h00 / Projection du film : « Qui a volé le chaudron ? »

« Qui a volé le chaudron ? » est un film qui se déroule dans différents lieux de Kamagasaki un quartier d’Osaka, dans l’ombre de ce que ses personnages appellent “Abeno”, le complexe Abeno Harukas, le plus haut bâtiment du Japon et le summum du développement industriel d’Osaka. Aujourd’hui, des intérêts puissants menacent de déplacer les anciens habitants de Kamagasaki et de détruire les formes de vie qu’ils ont créées en dehors de la société civile japonaise. Le film cartographie cette gentrification en cours à travers les perspectives d’une distribution diversifiée de personnages représentatifs des habitants réels de Kamagasaki : il y a des travailleurs journaliers, des prostituées, des sans-abri, un pickpocket, un artiste de rue, un masseur aveugle, un orphelin, un activiste politique et un prêtre.

Courts métrages et fête de clôture

Vendredi 29 juin 2018
Portes: 20H30 / FILM 21H00 / DJ 22H30
PAF: 5€

Palmiers, moustaches et chemises à fleurs, c’est notre dernière vague avant la pause de l’été. Avec pour commencer, un florilège de courts métrages de Bernhard Marsch, cheville ouvrière du cinéma indépendant de Cologne. Il viendra en personne nous présenter un programme de films intitulé « Ce contre quoi nos parents nous ont toujours mis en garde !» qui retrace de manière non exhaustive trente ans de cinéma indépendant avec le bien nommé groupe de Cologne mâtiné de baignades, d’autodérision sans bornes, de flirts malhabiles et d’un amour pour leur ville bigarrée.

Et puis place à la fête avec le même Bernhard et sa casquette de DJ mais encore, le tant attendu DJ 42, Alexis du Cinéma Nova : Caraïbe, Haïti, Madagascar et autres calypsos, venez vous trémousser sur les rythmes tropicaux!

Weemoed & Wildernis

de Digna Sinke / Pays-Bas / 2010 / 88′
Dimanche 24 juin 2018
Cinéclub – Cycle « Île » #08
Portes: 20h – Projection: 20h30
PAF: 3,00€

en présence de la réalisatrice
L’île Tiengemeten dans le Delta de la Meuse a d’abord été reprise à la mer, remodelée pour fournir une terre agricole fertile puis dans les années 200 restituées à la nature. En 2006, les travaux commencent: les routes en asphalte ont été détruites, des arbres ont été abattus, d’autres plantés, la terre et les digues sont remodelées et les agriculteurs délogés. Avec lé rigueur du géomètre et la poésie du peintre, Digna Sinke a suivi ces transformations sur une période de treize ans. En filigrane se raconte une tension étrange : dans un éternel éphémère, l’homme s’échine à contrôler la nature.

Par-delà – Terres de villes

Vendredi 15 juin 2018
Portes: 20H – Rencontre: 20H30
PAF: 3€

Enquêtes potagères aux premières saisons du 21e siècle
 
Les enquêtes potagères menées par Livia Cahn, Chloé Deligne, Noémie Pons-Rotbardt, Nicolas Prignot, Alexis Zimmer et Benedikte Zitouni témoignent de la réinvention des anciens potagers urbains. À partir du cas de Bruxelles, où existait déjà une tradition de maraîchage spécialisé et de jardins ouvriers, la rencontre retracera l’histoire de la ville nourricière et des combats qu’elle suppose, et témoignera des expériences nouvelles et collectives, quelquefois victorieuses du béton, le temps de reprendre son souffle et sa bêche.

Dura Lex (Selon la loi)

de Lev Koulechov/ Union Soviétique / 1926 / 61′
Dimanche 10 juin 2018
Cinéclub – Cycle « Île » #06
Portes: 20h – Projection: 20h30
PAF: 4,00€

Cinéma-concert

Jean Mikili : Bruxellois, ex Liégeois, ex Jumbo Jet et ex Some Tweetlov, qui piochera des airs contemplatifs, désolés ou mélodiques hors de guitares et autres instruments.

Cinq chercheurs d’or sont seuls dans une étendue enneigée. Les rapports de force et de supériorité au sein de cette micro-société éclatent lorsque Denine, le subordonné, pète un câble et tue deux de ses camarades. Le couple Nielsen parvient à le ligoter. Isolés dans la cabane, ils décident alors de juger l’assassin selon la loi. La loi est dure, mais c’est la loi.

Concert

Samedi 2 juin 2018
Portes: 20H – Concert: 21h
PAF : 6€

Fidèle à une vie nomade, humble et sincère, André quitte son groupe Herman Düne en 2006 alors signé sur une major. Devenu Stanley Brinks, il s’installe à Berlin loin du music business  puis rencontre Clémence Freschard au détour d’un bar à Paris. Ensemble, Clémence et André revisitent le folk de l’americana au calypso en passant par le rebetiko. Bohèmes et autonomes les tournées se font tranquilou les mains dans les poches. Si vous voulez leur prêter votre guitare ou votre ampli pour qu’ils puissent assurer  le concert, you’re welcome.

Atelier de lecture

Jeudi 31 mai 2018
Portes: 19H – Discussion: 20H00

Avec cet « atelier » de lecture, nous réfléchissons collectivement par le biais d’échanges autour de textes, lus au préalable et/ou ensemble. Nos rencontres sont mensuelles, afin de discuter d’écologie, de politique, d’histoire… Ce groupe de lecture est ouvert à ceux qui ne souhaitent pas prendre la parole en public. Pour en savoir plus, s’inscrire et recevoir le programme de lecture utile à la prochaine séance, écrire à l’adresse suivante : agaland@hotmail.com

Sa majesté des mouches

de Peter Brook / Grande Bretagne / 1963 / 92′
Dimanche 27 mai 2018
Cinéclub – Cycle « Île » #04
Portes: 20h – Projection: 20h30
PAF: 1,00€

Ici l’île symbolise la société des hommes et leur incapacité à faire la paix, où des Robinsons en herbe, détachés des liens parentaux et d’une moralité cadrée par les règles échouent lorsqu’ils essayent de reproduire la société des adultes dans un espoir de survie. Ces enfants avec leurs peurs et leurs besoins de croyances reflètent le combat incessant de la civilisation contre la soumission et l’humiliation imposée aux faibles lorsque les pulsions laissent place à la violence et au besoin de domination.

Par-delà: Vital Phantasy / Imagination Vitale

Jeudi 24 mai 2018
Portes: 20h – Rencontre: 20h30
PAF: 3€

Didier Demorcy nous proposera une causerie – d’histoires et d’images entrelacées… Où il sera question d’animisme, de théories de l’évolution, de mondes-plus-qu’humains… Mais aussi : d’arbres et de corail, d’indigènes et de scientifiques, de colonialisme et de races dégénérées, de la destruction des Communs, de Socrate et du soudain silence du monde, d’élevage industriel, de pensée animale, de tiques et de criquets, des Hautes Fagnes et d’Ikea, de moules et de cadeaux de fiançailles… et de vers de terre.