Blow Out

de Brian De Palma / États-Unis / 1981 / 107′ Dimanche 21 avril 2019 Cinéclub – Cycle « Crevaisons » #08 Portes: 20h – Projection: 20h30 PAF: 1,00€

Jack, preneur de son, se rend dans un parc pour y enregistrer des bruitages pour un film lorsqu’il entend le bruit d’un pneu qui éclate. La voiture dérape et termine sa course dans le fleuve, emportant avec elle l’illustre politicien qui la conduisait. Témoin auditif de cette scène tragique, Jack est persuadé qu’il s’agit d’un meurtre et non d’un accident.
Un thriller du réalisateur De Palma avec un Travolta flamboyant qui cherche à atteindre la vérité, celle que d’autres refusent à tout prix de révéler.

La Magie du Burn Out par Lisette Lombé

Théâtre/conférence Vendredi 19 avril 2019 Ouverture: 20h00 / Rencontre: 20h30 PAF: 3€

Dans sa conférence slamée, Lisette Lombé aborde la question du burn out, ou syndrome d’épuisement professionnel, par le chemin poétique. Cette poésie qui, en se jouant des règles des dictionnaires et des grammaires, lui permet d’inventer un rapport neuf au monde, exalté et curieux. C’est une invitation à déconstruire les stéréotypes liés au burn out, à interroger les systèmes de domination, à réenchanter nos identités professionnelles et à devenir les artisans de notre guérison.

Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés

de Sophie Bruneau et Marc-Antoine Roudil / Belgique / 2005 / 80’ Dimanche 14 avril 2019 Cinéclub – Cycle « Crevaisons » #07 Portes: 20h – Projection: 20h30 PAF: 1,00€

Sophie Bruneau et Marc-Antoine Roudil nous livrent, bruts, les résultats d’une enquête. Quatre situations d’entretien à la fois semblables et singulières. Quatre nouvelles du monde moderne. Tour à tour, de façon intime/intense, quatre personnes racontent la souffrance qui naît des nouvelles formes d’organisation du travail.

L’ingorgo aka “Le grand embouteillage”

de Luigi Comencini / Italie / 1979 / 128′  Dimanche 31 mars 2019 Cinéclub – Cycle « Crevaisons » #05 Portes: 20h – Projection: 20h30 PAF: 1,00€

Sur une route, dans la banlieue romaine, des centaines d’automobilistes sont pris dans un énorme embouteillage qui n’en finit pas. Contraints au bivouac, des personnages d’origines sociales différentes, incarnés entre autres par Depardieu, Dewaere, Mastroianni et Alberto Sordi, sont obligés de cohabiter, leurs relations évoluant au fil du temps. Certains vont profiter du désordre aux dépens des autres…

Ciné-enfant (Cineketje / Offscreen)

Sélection de courts-métrages à partir de 3 ans / 55′ / Goûter à prix libre Dimanche 31 mars 2019 Portes: 14h30 – Projection: 15h00 PAF: 1€

À travers 8 courts-métrages, un petit animal des bois surmonte sa peur de l’inconnu, un bonhomme parcourt le globe terrestre, une paire de ciseaux explore son environnement, un oiseau est en vadrouille sur le dos d’une chenille, un mini-Cousteau part à l’aventure dans les océans, et d’autres explorateurs en herbe partagent avec nous leur découverte du monde.
www.offscreen-liege.be

Häxan

Ciné-concert de Benjamin Christensen / Suède-Danemark / 1922 / 104’ Samedi 30 mars 2019 Portes: 20h – Projection: 20h30 PAF: 3,00€

À travers cette histoire didactique de la sorcellerie, Christensen nous entraîne au plus profond de la période d’inquisition : bûchers, sabbats et autres pactes avec le diable. Ces mises en scène fortes et oniriques seront accompagnées ce soir par les Sorties de chaudrons. Nous vous l’avions montré en octobre dernier mais cette version performée en propose une toute autre lecture.

Priscilla, folle du désert

de Stephan Elliot / Australie / 1994 / 104’ Dimanche 24 mars 2019 Cinéclub – Cycle « Crevaisons » #04 Portes: 20h – Projection: 20h30 PAF: 1,00€

Vous aimez les roadtrips baroques dans le désert australien ? Priscilla est un bus rose qui roule sur des airs de disco et emmène un trio déjanté vers Alice Springs. Et quand la troupe s’ensable après pannes de moteurs et crevaisons diverses, là, en plein marasme, atomisées sous le cagnard, nos trois sœurs Sourire rendues à elles-mêmes font de leur mieux pour meubler les temps morts. C’est-à-dire, littéralement n’importe quoi. Drag is a drug !

ordinaire + RIEN VIRGULE

Un CONCERT infernal précédé d’une PERFORMANCE printanière

Jeudi 21 mars 2019
Ouverture des portes à 20h30 – Début des hostilités à 21h00
PAF: 6 €

ordinaire (BE)

ordinaire est le duo formé par Eric Therer, poète-performer / avocat de profession et Stephan Ink, musicien / artiste sonore. En collectant des faits, des sons dans notre environnement le plus immédiat, ordinaire met en scène des narrations qui tiennent de l’infra-quotidien:

extraits de rapports d’expertise judiciaire (‘Notices’) ou de procès d’assises (‘Assises’), relevés de prestations des techniciennes de surface sur les aires d’autoroute ou des aides-soignantes dans les maisons de repos (‘Tales of Ordinary Wallonia’), relevés d’avaries de péniches et de transports fluviaux (‘Tales of fluvial highways’), extraits de manuels administratifs (‘Tales of literacy’) …

ordinaire utilise volontiers les lieux et les moments d’exécution comme creuset des histoires qui s’y raccrochent. Pour marquer l’équinoxe, nous entendrons ce soir : «Printemps : tentative d’interprétation».

On peut se faire une idée de leur travail toujours surprenant sur ce soundcloud.

RIEN VIRGULE (FR)

«Ne les loupez pas s’ils passent près de chez vous, ceci est un vrai conseil d’ami.» (F. Landier dans The Drone)

Il y a, dans l’Ouest de la France, un croissant fertile qui va de la Bretagne à l’Aveyron, en passant par un épicentre bordelais. Y poussent, s’y transplantent et s’y nourrissent tout un tas de projets, en une constellation souterraine très bigarrée, mais partageant une même vigueur, une même dextérité et une même franchise. Quel que soit leur propos, ces gens-là ont une façon à eux de poser leur matériel, de déballer leur musique et de vous envoyer dans les cordes sans chichis.

Le Cercle a déjà accueilli avec bonheur quelques-uns de ces groupes: France Sauvage, le Cercle des Mallissimalistes, Portron Portron Lopez, Congo, l’Ocelle Mare, Austin Townsend, Api Uiz… Rien Virgule débarque aujourd’hui avec une musique du genre indescriptible, mais jouissivement électronique, dans «une atmosphère grondante menant sans ménagement aux plus ténébreux souterrains de la damnation.» (S. Falafel dans Hartzine)

Batterie pernicieuse, voix sépulcrale, synthétiseurs tentaculaires : Rien Virgule est un monstre oscillant et ruisselant sorti des profondeurs de la Dordogne dans un tremblement de terre. Un entrelacs de feu et d’angoisses. En somme, une ambiance de fin du monde et le dernier truc à voir avant que tout ne s’écroule.

Leur premier disque est écoutable sur bandcamp. Il a été lu, approuvé et édité par la crème des labels au nom rigolo (Animal Biscuit, La République Des Granges, Attila Tralala, Permafrost, Les Potagers Natures, Phase !, Do It Youssef, MicrOlab 2015).

Et ils ont aussi un site, sur lequel on trouve une très stimulante revue de presse.

Par-delà – Écrire l’histoire – Gaspard. Une écriture ouvrière au XIXe siècle

Mercredi 13 mars 2019 Portes: 20H – Rencontre: 20H30 PAF: 3€

Une discussion avec Carl Havelange (ULiège, historien) animée par Lucienne Strivay (ULiège, anthropologue de la nature)
Dans « Gaspard. Une écriture ouvrière au XIXe siècle » (Les Presses du Réel, 2018), Carl Havelange propose une réflexion sensible et passionnante sur la discipline et le document historiques, prenant pour point de départ les manuscrits de Gaspard Marnette, ouvrier wallon du XIXe siècle, auteur d’une chronique exceptionnelle du village de Vottem sur plus de quarante ans.