Marché crève et concert de mauvaise surprise

Dimanche 16 décembre 2018
Marché : 14h-19h
Concert : 17h / prix libre

Noël avec son lot de cadeaux inutiles approche. Cette année, achetez n’importe quoi ; faites confiance aux professionnels. Venez au Marché Crève découvrir 8 artistes hors normes. Pour mettre l’ambiance Lexi Disques jouera quelques-uns de ses 45 tours sur tourne-disque. Et à 17h, concert de Mauvaise Surprise. Venu tout droit de Saint-Étienne, ce duo nous propose de la musique nullipare désengagée des crassiers stéphanoi.

Concert

Samedi 1 décembre 2018
Portes: 20H00 – Concert: 21h
PAF : 7€


L’OCELLE MARE

Multi-instrumentiste autodidacte, Thomas Bonvalet est un poisson dans son instrumentarium. Il sort aujourd’hui « Temps en terre », 5e disque de son projet solo L’Ocelle Mare. Piano, banjo, basse, métronome, diapasons, claves, amplis, subwoofer, cloches, fragments d’orgue à bouche, concertina, moteurs à ressorts… Véritable plongée dans la musique libre, tout y passe mais à la juste dose.

 

« ROTO RELIEF » par Ludovic Medery

A mi-chemin entre la musique concrète, le field recording et l’improvisation libre, Ludovic Medery nourrit un vieux magnétophone à bande de sources sonores de tout bois. Elles se frottent, se fondent et se «mangent » littéralement avant d’être englouties dans les abysses de sa boucle magnétique

Concert

Vendredi 9 novembre 2018
Portes: 20H00 – Concert: 21h
PAF : 7€

Soirée de concerts all-inclusive qui va dépoter vos vieilles racines avec tout ce qui fait du bien aux oreilles, mode coton-tige. La crème du trashélectro-gore, avec en premium spécial (!) les dernières productions films du Dernier Cri.

FAT FRUMOS (UKRAINE 8BIT-MASH UP)
LE CRABE (FR HIP-HOP/BREAKCORE)
LOGOSAMPHIA (NL ÉLECTRO/BREAKCORE)
M.E.R.S. (BE DRILL/IDM)
PIET DU CONGO (DJ/VJ SET)
PLAYMORBIDE (DJ SET)

Concert

Vendredi 7 septembre 2018
Portes: 20H30 – Concert: 21h
Begayer + première partie surprise
PAF : 6€

Power trio, lutherie sauvage et Savane. Issu de longues soirées alpines entre amis à écouter de la musique, refaire le monde et fabriquer des instruments avec trois fois rien, Bégayer pratique une musique aussi LO-FI qu’hallucinée, inspirée par différentes cultures africaines (Congo, Mali…) avec des textes en français poétiques et surréalistes. The Ex a trouvé sa relève, Konono n°1 son écho alpin et Brigitte Fontaine ses fils spirituels.

Concert

Samedi 2 juin 2018
Portes: 20H – Concert: 21h
PAF : 6€

Fidèle à une vie nomade, humble et sincère, André quitte son groupe Herman Düne en 2006 alors signé sur une major. Devenu Stanley Brinks, il s’installe à Berlin loin du music business  puis rencontre Clémence Freschard au détour d’un bar à Paris. Ensemble, Clémence et André revisitent le folk de l’americana au calypso en passant par le rebetiko. Bohèmes et autonomes les tournées se font tranquilou les mains dans les poches. Si vous voulez leur prêter votre guitare ou votre ampli pour qu’ils puissent assurer  le concert, you’re welcome.

Austin Townsend

CONCERTS
Samedi 19 mai
Portes: 20h30 – Concerts: 21h
PAF: 6 euros

Quelque part entre The Great Park et Leonard Cohen, les concerts d’Austin Townsend, chanteur néo-zélandais échoué sur le pavé de Bordeaux, ont durablement marqué ceusses qui y ont assisté jadis. On le croyait perdu et le revoilà, accompagné par Mauricio Amarante (de Radikal Satan). Tango funèbre, kraut pour cercueil, blues en apnée dans un verre de whisky : si les promesses sont tenues, ça vaudra la peine de se déplacer.

On peut écouter l’unique album d’Austin Townsend sur le site du label bordelais des potagers nature.

Et en première partie: Isophrenia (Strange Pop Psych).

CONCERTS

Samedi 10 février
OUVERTURE À 20H30 / CONCERTS À 21H / PAF: 6€

Cantenac Dagar (Isola Records, France)
Duo néo folk indus composé d’un banjo électrique, quelques cassettes, quelques cloches et de l’incroyable talent d’Aymeric Hainaux : human beat box échappant à toutes les conventions. Le tout au service de l’hypnotisme et de la transe.

En ouverture:
Olivier Pé (guitares préparées), artiste organique et minimaliste, est l’invité de Tom Malmendier, batteur, frotteur et chatouilleur de peaux, et Heinrich (guitare semi-préparée), rescapé de Même les oiseaux puent.

Quartet Teun Verbruggen (batterie) / Jozef Dumoulin (piano) / Nate Wooley (trompette) / Ingebrit Haker-Flaten (contrebasse)

Samedi 20 janvier
Ouverture 20H / Concerts 20H30
PAF: Prix Libre (Suggéré 6€)

Quartet Teun Verbruggen (batterie) / Jozef Dumoulin (piano) / Nate Wooley (trompette) / Ingebrit Haker-Flaten (contrebasse)

Teun Verbruggen réunit autour de lui trois musiciens exceptionnels, pour former un quartet acoustique de free jazz de haut vol!

Ouverture: deux courts sets proposés par L’Oeil Kollectif

-Trio Tom Malmendier/Farida Amadou/Xavière Fertin

-Quintet Marius Morsomme/Louis Freres/Henri Charlier/Clément Dechambre/Vol-au-Vent

L’Oeil Kollectif réunit sept improvisateurs liégeois qui aiment la vie et le bonheur qui va avec. Comme ce soir ils sont super contents d’avoir à Liège des musiciens aussi chouettes que les 4 sus-nommés, ils ont envie de se faire plaisir, et ils espèrent vous faire plaisir!

Alasdair Roberts

Concert
Samedi 16 septembre 2017
Ouverture des portes à 20h30 – Concert à 21h
PAF: 7 euros

S’appuyant -notamment- sur les travaux de collectage menés par Hamish Henderson et Alan Lomax, cet Écossais de 35 ans arpente depuis sept albums le folk écossais de la fin du XIXe siècle et du début du XXe… Autant de chansons de tourbe qui racontent un pays d’éleveurs et de pêcheurs. Mais chez lui, la nostalgie est bannie, au profit d’une posture d’historien questionneur avant tout conscient de la portée politique de ces airs simples.

«Certains peuvent aimer la musique traditionnelle par regret d’un passé couleur sépia qui en réalité n’a jamais existé. Mais je tiens à dire que mes explorations de formes anciennes de la musique n’ont rien à voir avec cela. Ce qui m’intéresse, ce sont les chansons même : le texte, la mélodie, les personnages, l’histoire.»

On retrouve bien dans la musique d’Alasdair Roberts des violons, des battements de pieds pour marquer le rythme, et un chant en question-réponse hérité d’une époque révolue, mais tout est coupant et noir. Il décrit sa vie de prolo, ses bars, ses amours foireuses et la crise que tout le monde se prend en pleine face à Glasgow – en modernisant au passage violemment les formes d’écriture folklorique sur lesquelles il s’appuie.

On y entend les fins de mois difficiles, les pères de famille morts trop tôt et les usines dégradantes. Tant que, dans son anachronique quête artistique au chevet de chansons que les plus vieux ont oubliées, Alasdair Roberts apparaît comme un précieux empêcheur de gratter sa guitare en rond, venant rappeler aux folkeux du dimanche que les musiques populaires cachaient sous leur apparente simplicité formelle un rôle social majeur.

«On a un terme en Ecosse : “kailyard”, qui vient d’un mouvement littéraire du XIXe siècle décrivant la vie rurale comme un lent fleuve tranquille. La réalité était bien différente, et je vois mon travail de musicien comme anti- kailyard, d’une certaine façon.»

(D’après un article de Sophian Fanen paru dans Libération le 11 février 2013)

Quand il ne joue pas de l’americana éplorée avec Appendix Out, l’Ecossais Alasdair Roberts erre dans les landes de bruyères à la recherche des plus inquiétants fantômes du folklore celtique. On parle donc beaucoup de morts tragiques, de naufrages, d’empoisonnements ou de fratricides dans ces ancestrales chansons, ici jouées de façon spartiate et possédée, sur lesquelles se pressent, fervents, aussi bien Isobel Campbell (Belle & Sebastian) qu’un très concerné Will Oldham. La rencontre terrifiante de la médecine légale, de la musicologie, du spiritisme et d’un flûtiau dans les brumes écossaises.

(Les Inrockuptibles, JDBeauvallet, le 28 février 2005)

https://soundcloud.com/alasdair-roberts/demo-a-fall-of-sleet-hirta-songs



https://soundcloud.com/alasdair-roberts/demo-the-drum-time-hirta-songs