Le prestige de la mort

Film de Luc Moullet / France / 2006 / 72′
avec Luc Moullet, Bernadette Laffont
Dimanche 25 février
Cinéclub – Cycle « Pognon » #08
Portes: 20h – Projection: 20h30
PAF: 1,00€

Habitué aux tournages à budget microscopique, Luc Moullet se met ici lui-même en scène en réalisateur fauché. Il veut adapter au cinéma Remèdes désespérés, un roman de Thomas Hardy. Mais il n’a pas un sou et tout le monde s’en fout, de son projet. Le cinéaste se fait alors passer pour mort, escomptant un regain d’intérêt pour son œuvre qui le rendra riche post-mortem. On peut déjà vous dire que ce sera un échec… Vous allez voir un des films les plus cheaps au monde, que ce soit dans les dialogues, les personnages, les habits, etc. Seule la montagne a le mérite d’être crédible. Néanmoins, autant ce film ne ressemble à rien, autant il est désopilant.

Ghetto Millionnaires

Documentaire de Gilles Remiche / Belgique / 2010 / 54′
Dimanche 18 février
Cinéclub – Cycle « Pognon » #07
Portes: 20h – Projection: 20h30
PAF: 1,00€

Entre Bruxelles et Kinshasa, et en suivant Tigana, rebaptisé « Pièce Maîtresse » dans le milieu, ce documentaire, sans commentaire, tisse la toile du monde coloré de la SAPE, la Société des Ambianceurs et Personnes Élégantes. Véritable jet-setter congolais, victime de la mode, le sapeur construit son image au prix de nombreux sacrifices. Cette immersion nous décrit à quel point chaque pièce compte, qu’elle soit de monnaie ou accessoire de leur look bling-bling, pour incarner le mythe de la réussite et de l’élégance. Le spectateur comprendra rapidement que les enjeux de la SAPE, véritable figure d’une rencontre compliquée entre l’Afrique et le monde occidental, dépassent largement les épaulettes dorées de ses adeptes.

David Golder

Film de Julien Duvivier / France / 1930 / 75′
avec Harry Baur
Dimanche 11 février
Cinéclub – Cycle « Pognon » #06
Portes: 20h – Projection: 20h30
PAF: 1,00€

Juif errant devenu magnat des affaires, David Golder étouffe dans un monde sans amour. Écrasé par les frivolités de sa femme, les convoitises du beau monde et les minauderies de sa fille, il sombre dans la solitude abyssale des très riches… Pour son tout premier film parlant, Duvivier fait non seulement preuve d’une adresse éblouissante dans la mise en scène, mais aussi d’une grande sûreté dans l’usage du son. Un film rare et fragile pourtant, et d’une noirceur sans rémission, souffrant peut-être de caractères secondaires très appuyés, mais où Harry Baur crève littéralement l’écran.

Le trésor de la Sierra Madre

Film de John Huston / États-Unis / 1948 / 126′
avec Humphrey Bogart et Tim Holt
Dimanche 4 février
Cinéclub – Cycle « Pognon » #05
Portes: 20h – Projection: 20h30
PAF: 1,00€

Adaptation de l’ouvrage culte de l’écrivain Traven, réalisé par le maître hollywoodien de l’aventure trépidante et introspective, le film est l’un des sommets de l’âge d’or tardif du cinéma américain. Mexique, années 20, deux aventuriers partent à la recherche d’or en compagnie d’un vieux prospecteur dans les réputées inaccessibles montagnes de la Sierra Madre. La découverte d’un filon va déclencher une série de réactions en chaîne dans le groupe, véritable sujet du film. En bref, la “soif de l’or” ici traitée de manière magistrale, intemporelle et bouleversante.

L’argent de la vieille

Film de Luigi Comencini / Italie / 1972 / 113’
avec Alberto Sordi, Silvana Mangano, Bette Davis et Joseph Cotten
Dimanche 28 janvier 2018
Cinéclub – Cycle « Pognon » #04
Portes: 20h – Projection: 20h30
PAF: 1,00€

L’argent permet beaucoup de choses, mais plus que tout, il permet d’avoir le dessus: la vieille l’a très bien compris. Cette riche américaine, de passage à Rome, passe ses soirées à jouer aux cartes avec un couple de pauvres d’un bidonville voisin. Ainsi, autour de la table ne se joue pas qu’un jeu d’argent, mais une réelle confrontation entre riches et pauvres. Où certains espèrent rafler la fortune d’une vie et d’autres, la simple vanité de pouvoir écraser un plus faible. Qui, de tous ces protagonistes, sera le plus misérable?

Le sucre

Film de Jacques Rouffio / France / 1978 / 104′
avec Jean Carmet, Gérard Depardieu et Michel Piccoli
Dimanche 21 janvier
Cinéclub – Cycle « Pognon » #03
Portes: 20h – Projection: 20h30
PAF: 1,00€

Bien que relatant l’éclatement de la bulle spéculative sur le sucre de 1974, nul besoin de pupilles d’économiste pour capter ce film. Satire bouffonne sur les aléas de la bourse, Le sucre suit la rencontre entre un ancien fonctionnaire des finances suicidaire, car ruiné par des boursicotages (Jean Carmet) et sa canaille de courtier (Gérard Depardieu) qui se révèle aussi détestable qu’adorable.

I love $

Film de Johan van der Keuken / Pays-Bas / 1986 / 140′
Dimanche 14 janvier 2018
Cinéclub – Cycle « Pognon » #02
Portes: 20h – Projection: 20h30
PAF: 1,00€

New York, Genève, Hong Kong, Amsterdam sont des plaques tournantes de l’économie mondiale. L’argent y circule et tandis que la pauvreté est omniprésente dans les rues de New York, la richesse est bien protégée derrière les façades propres de Genève. Personne n’échappe au mythe du Roi-Dollar: les plus démunis luttent pour survivre, racontent leurs rêves inatteignables, côtoyant les hommes d’affaires qui, dans leurs bureaux, exposent leurs philosophies financières. Johan van der Keuken, maître incontesté dans l’art de la poésie documentaire, donne ici la part belle à la parole et dresse une sorte de carte mentale de nos rapports à l’argent.

La ruée

Film de Frank Capra / USA / 1932 / 75′
Dimanche 7 janvier 2018
Cinéclub – Cycle « Pognon » #01
Portes: 20h – Projection: 20h30
PAF: 1,00€

Tourné deux ans après la crise de 1929 et au moment même où Roosevelt introduit le New Deal, La Ruée raconte l’histoire d’un patron de banque qui préfère investir et faire confiance à ses petits clients que de garder l’argent au fond des coffres et de jouer le jeu de la spéculation. Mais un hold-up va peut-être tout chambouler… L’histoire est sans doute un peu naïve et pleine de bons sentiments, mais grâce à une mise en scène ingénieuse, on se laisse happer et émouvoir par ces personnages. Et puis surtout, la séquence finale de ruée dans la sacrosainte banque vaut son pesant d’or.