Concert : Friday Frida, Mólo Sâyat

COMPLET !!!

Vendredi 23 octobre 2020
Portes: 20h30 – Concert: 21h
PAF: 5,00€

Friday Frida : des Destiny’s child à Gala, en passant par la chanson folk traditionnelle américaine ou les classiques de chorales, Friday Frida, c’est neuf voix féminines se réunissant au sommet pour faire la part belle à ce qui les fait vibrer.
 
Mólo Sâyat : rencontre de Pôl Seif, chanteur libanais passionné de musique méditerranéenne, et d’instrumentistes européens. Mólo Sâyat puise dans les racines entremêlées de l’Orient et de l’Occident.

Rencontre Par-Delà avec Zimako Mel Jones

Forum de Zimako Mel Jones / France / 2019 / 90′
Jeudi 15 octobre 2020
Portes: 20h00 – Projection: 20h30
PAF: Gratuit

En présence du réalisateur

On voulait seulement vivre en paix, on espérait un avenir meilleur : UK is the dream. Mais ce rêve s’est brisé à Calais. Sur une superficie de dix-huit hectares, les conditions de vie sont horribles, déplorables et inhumaines. Cette zone qu’ils appellent la Jungle, moi, Zimako Mel Jones, fondateur de l’École Laïque du Chemin des Dunes, je l’ai rebaptisée le « Forum, pour le respect des droits humains». J’ai également donné un nouveau nom à celles et ceux qui y vivent « les forests » car nous ne sommes pas des marchandises ni des objets.

RENCONTRE AVEC LE RÉALISATEUR QUI A VÉCU ET FILMÉ LA JUNGLE DE CALAIS DE L’INTÉRIEUR AINSI QU’AVEC L’ASSOCIATION LIÉGEOISE MIGRATION LIBRE. COMMENT CONCRÈTEMENT AIDER LES SANS-PAPIERS À LIÈGE ?

Déambulation

Jeudi 24 septembre 2020
Déambulation / Lieu secret / 20h00

Consacrée à l’écrivain voyageur Nicolas Bouvier

Pour ce programme consacré à la route, on sort du Cercle et on rejoint
un « lieu secret » du quartier pour une soirée spéciale consacrée à
l’écrivain voyageur Nicolas Bouvier (lectures, écoutes…).

Réservation INDISPENSABLE (nombre de participants: 15 pers. max).
Infos à l’adresse: agaland@hotmail.com.

Macchie Solari

Inauguration de notre projecteur pellicule.

de Crispino Armando / Italie / 1975 /  79′
Jeudi 10 septembre 2020
Portes: 20h – Projection: 20h30
PAF: 5,00€

Une vague d’activité solaire provoque une flambée de violence et de suicides à Rome. Une jeune étudiante en fait son sujet de thèse…
Pépite du cinéma de genre dit « giallo » avec la musique de Ennio Morricone, en projection opto-mécanique, 35mm (à l’ancienne quoi).

La fille du 14 juillet

Cinéma en plein air
AU PARC COMHAIRE (Laveu)
(Distanciation physique – Port du masque obligatoire).

d’Antonin Peretjatko / France / 2013 / 88′
Vendredi 28 août 2020
Projection: 21h00

Hector, gardien du Louvre, fait la connaissance de Truquette, une jolie brune à la frange Annakarinarienne. Godart en serait tombé amoureux donc pourquoi pas Hector. Elle vient de planter l’agence intérim qui refuse de l’inscrire parce qu’elle n’a pas d’adresse. Puisque c’est comme ça, elle partira en vacance à la mer ! Truquette et sa copine Charlotte proposent à Pator, récemment interrompu dans son exercice enfumé et illégale de la médecine, de les emmener. Pator est un ami d’Hector, joyeuse coïncidence ! Ils partiront donc à quatre, jusqu’à ce que Bertier, le frère de Charlotte, se tape l’incruste !

Amateurs de l’humour au troisième degré, rejoignez-nous ! Libre, débraillé, léger et référentiel, « La fille du 14 juillet » nous aidera à oublier la moros(covid)ité du moment !

Cycle la route

Septembre, octobre 2020

Programme complet (PDF): rectoverso

LA ROUTE — Des cartes anciennes jusqu’aux images satellites, la route
témoigne depuis longtemps du souhait de l’homme de sortir de chez
lui, pour le meilleur et pour le pire. Motif iconographique majeur du
cinéma, la route peut être assimilée à une histoire, avec un début, un
milieu et une fin : autant d’occasions de rencontres et de surprises
qui en intensifient l’usage. Avec ses successions de lignes blanches
et le paysage qui défile, l’expérience de la route s’apparente à une
bande film et ses perforations. Un rythme se crée et des images se
juxtaposent. Parmi celles-ci, des bagnoles qui foncent droit dans le
mur du « progrès », des migrants en quête de sol, des touristes masqués
qui s’entassent en ayant peur de tousser, des camions de marchan-
dises chargés d’inutile, mais aussi des bandits, des pisteurs et des fous
errants qui se barrent pour aller voir ailleurs « comment ça roule ».
Le tracé de route proposé par l’équipe du Cercle est à emprunter les
cheveux au vent, dans une caisse à savon pétaradante, sursautant au
son crasseux de Born to be Wild, avec dans le rétroviseur les dernières
tentatives de contrôler nos vies.

 

La rivière rouge
6 septembre 2020

El Viaje
13 septembre 2020

Boule de Suif
20 septembre 2020

Alice dans les villes
27 septembre 2020

Route One
4 octobre 2020

Electra Glide in Blue
11 octobre 2020

Touki Bouki
18 octobre 2020

Il Sorpasso
22 octobre 2020

Il Sorpasso
22 octobre 2020

Il Sorpasso
25 octobre 2020

Par-delà COVID-19 #3

Le Covid Burger !

Un steak néolibéral trop salé mais bien saignant pris dans l’étau moelleux d’une miche de dé-confinement… sauce précaire svp !
Ne trainez pas, il y a déjà une file au Drive in d’Alleur.

Par où mordre la bête qui nous dépasse ?
Pas de solution ultime, quelques recettes maisons à cultiver.

REVUE DE PRESSE ET ANNONCES:

Premièrement on rappel qu’une récolte de vivre est organisée par l’asbl Quai des enfants qui soutient 70 familles dans le besoin. Tous les mardis soir, un point de collecte de dons alimentaires se tient dans le quartier du Laveu au 145 rue Comhaire. Vous pouvez y déposer vos colis, du lundi au mardi avant 17h00. Besoins principaux : produits frais. Pour plus d’informations ou l’organisation d’autres points de collecte contactez Eva, via le FB de l’association ou par tphn 049 92 31735.

Ensuite un peu d’humour et de philosophie avec la maladie endiguée par les Shadoks
Episode 38 et Episode 39.

Comme on a tous besoin d’air, on vous invite sur un terril
pas loin de chez nous
avec Laexandre Galand

Pour ne pas perdre le fils des choix économiques qui ont façonné les 30 dernières années Une histoire de fabrication de masques locale, délocalisée. Un cas particulier en dit parfois long sur une situation globale.

Pour reposer nos yeux et nos humeurs, Les dessins de Puntish qui transcende la « relance » par ses planches de BD.

Pour pimenter les envies de dé-confinement Giorgio Agamben qui tente de nous sortir la tête de l’autoritarisme techno-scientifique.

Et pour les gros appétits un travail d’enquête de fond mené par trois chercheurs belges en sciences sociales.

Si certains veulent mettre une de nos affiches à leur fenêtre contactez-nous par mail. On livre à vélo, jusqu’à épuisement des stocks.

Au plaisir de vous revoir, en chaire et en os.

L’équipe du Cercle

Knock

ATTENTION: La réglementation relative au COVID-19 impose actuellement le port du masque au Cercle. Merci de vous y conformer.

Pour respecter les règles sanitaires en vogue il n’y aura que 30 places disponibles.
Les réservations sont donc conseillées par mail à cette adresse:
cerclelaveu@hotmail.com

Puisse cette séance vous être agréable malgré tout!

de Guy Lefranc / France / 1951 / 98′
Dimanche 19 juillet 2020
Portes: 20h – Projection: 20h30
PAF: 1,00€

Le docteur Knock a racheté la clientèle du docteur Parpalaid, dans un bourg dont les habitants ne font jamais appel au médecin. Il déploie des trésors de persuasion pour changer cette situation peu profitable, posant comme principe que tout bien portant est un malade qui s’ignore.
Comédie de la manipulation, cette célèbre pièce de Jules Romains, créée au théâtre en 1923 par Louis Jouvet, avait déjà été adaptée au cinéma à deux reprises avant de trouver ici sa forme classique… avec toute la verve du même Jouvet.

Bad Boy Bubby de Rolf De Heer / Australie / 1993 / 114′

Pour respecter les règles sanitaires en vogue il n’y aura que 30 places disponibles 
Les réservations sont donc conseillées par mail à cette adresse:
cerclelaveu@hotmail.com

de Rolf De Heer / Australie / 1993 / 114′
Jeudi 16 avril 2020
Séance WTF #05
Portes: 20h – Projection: 20h30
PAF: 1,00€

Bubby, la trentaine, vit avec sa maman dans un minuscule appartement dont il n’est jamais sorti. Sa mère, qui tantôt le chérit, tantôt le martyrise, tantôt lui fait l’amour est son seul contact avec l’extérieur. Un jour, Bubby la tue et sort explorer le monde. Nicholas Hope, dont c’est le premier film, interprète un inadapté social qui nous fait découvrir notre monde impitoyable. De Heer a mis 10 ans pour accoucher de ce film dérangeant, décalé, détraqué, underground… WTF

Par delà -COVID 19- #4

Depuis que nous nous sommes transformés en épidémiologistes de comptoir, sans même un bar pour s’accouder, une série de nouveaux mots ont colonisé nos discussions tels que “zoonose”, “charge virale” ou encore “comorbidité”. Si ce terme a inspiré une linogravure c’est parce qu’il relate bien cette morbidité ambiante qui n’est pas le fruit d’un unique facteur viral mais plutôt celui d’une conjoncture, de pollution de l’air, de malbouffe, d’une surenchère médiatique et d’une gestion de notre économie à flux tendu jusque dans les services publics les plus élémentaires.

En psychiatrie, la comorbidité désigne la présence simultanée de plusieurs diagnostics chez un même malade. En médecine générale, le concept renvoie à la présence de plusieurs troubles avec l’idée supplémentaire d’une maladie primaire à l’origine de leur association. Transposée dans le champs socio-politique, considérant l’état moribond de nos organisations et de nos imaginaires collectifs, l’expression amène à réfléchir la crise “sanitaire” actuelle comme une ramification d’un mal plus large qui ronge depuis un bon bout de temps nos conditions de vie tandis qu’il détruit les possibilités mêmes d’existence de nombreux groupes humains et d’un nombre invraisemblable d’espèces.

Trouver les outils pour penser notre époque en terme de comorbidité, c’est oser regarder l’ensemble du corps malade, identifier les causes communes, en prendre la mesure. C’est refuser de décontextualiser un danger sous prétexte qu’il est plus urgent de lutter contre. C’est éviter la tentation, devenue injonction sociale c’est temps-ci,  de se voiler la face.

—————— Revue de presse à la rame ———————
 

Comme à notre habitude nous avons recensé quelques liens, vidéo et articles qui nous ont paru pertinents :

– Ce petit édito a été largement inspiré par un texte d’un de nos compères, Dimitri Laermans dont voici l’intégralité « Comorvid 19 ? ». A son sujet il précise : C’est un petit exercice personnel pour faire tenir ensemble différentes idées trouvées chez des auteurs que j’apprécie. Si cela parle à d’autres, tant mieux ! Entre temps, je suis tombé sur cet article de David Cayley qui va plus loin sur le thème des rapports à la mort et à la santé et que je trouve juste parfait. Bonne lecture !

– Un article sur la fragilité du monde de la finance sur le site de “Chronique d’une ex-banquière” par Aline Fares que nous avions accueillie au Cercle pour notre cycle pognon.

– Un vidéo du parlement italien, ou la députée Sara Cunial, s’en prend ouvertement aux lobbies de la santé.

– Un article de Jules Ferrier, sur le Micro urbanisme en temps de crise sanitaire dans « La ville dense a trahi ses habitants »

– Un article qui date un peu mais raconte bien le cynisme en vogue pour palier à la pénurie des travailleurs saisonniers en Allemagne.

– A propos d’une gestion co-morbide de la crise,une interview de jean Dominique Michel, anthropologue médical suisse dont nous avons déjà relayé un article.

– Une petite vidéo de Giles Deleuze sur l’art et les sociétés de contrôle ça date mais ça ne vieillit pas.